Loading...

Arts décoratifs

Décors intérieurs, mobilier décoratif..
Les arts décoratifs sont pratiqués par les métiers d’art traditionnellement définis par leurs productions ornementales et fonctionnelles et par les matériaux auxquels ils donnent forme : la céramique, le bois, le verre, le métal, le textile, le stuc ou la pierre, voire la pierre précieuse.
Ce champ inclut tous les artisanats de l’architecture d’intérieur et de la décoration d’intérieur comme le mobilier et l’ameublement.
Les arts décoratifs sont souvent opposés aux « Beaux-Arts » (c’est-à-dire à la peinture, au dessin, à la photographie ou à la sculpture) et aux arts appliqués (comme à la mode ou au design).
La distinction entre art décoratif et bel art est surtout fondée sur la fonctionnalité, les intentions, l’importance, le statut d’œuvre unique ou de production liée à un seul artiste. Les arts décoratifs, ou ameublement, peuvent être mobiles (par exemple les lampes) ou fixes (par exemple le papier peint).



L’expertise des œuvres de Diego Giacometti

Diego Giacometti, cadet d’un an d’Alberto, s’est distingué par sa fabrication de mobilier en bronze animé de petites figurines. Son oeuvre, bien que s’inscrivant dans la mouvance de celle de son frère, est totalement indépendante. À partir des années 1950, avec de la terre glaise, du plâtre ou du bronze, il a donné vie à un bestiaire empreint d’une naïveté poétique et dont l’humour, qui se dégage des poses des petits animaux, ne gâte en rien l’élégance des formes. Diego Giacometti, débordé dans son activité, n’a tenu aucun registre, gérant […]

Read more
La “perruque” artisanale : entre légalité et illégalité

Évidemment les guillemets avertissent le lecteur : il ne s’agit pas de la perruque placée sur la tête pour masquer un crâne dégarni ou aller à un bal masqué… ce terme désigne ici une activité spécifique au sein des ateliers artisanaux (le sujet que nous allons aborder ici), comme ceux de l’industrie de transformation. Aussi répandue au sein des entreprises artisanales que méconnue, sa tolérance reste ambiguë. Faire une perruque c’est travailler pour soi sur son lieu professionnel, en tant que salarié. Selon l’activité de l’entreprise et la bienveillance de […]

Read more
Les contrefaçons de l’oeuvre de Diego Giacometti

L’auteur revient sur le procès célèbre concernant principalement des contrefaçons de l’œuvre de Diego Giacometti, diligenté par la cour d’appel de Besançon en novembre 1998 et sur les conséquences qui en découlent encore aujourd’hui. Article de la Revue Experts n° 71 – juin 2006 © Revue Experts   Le 15 juillet 1985, Diego Giacometti était emporté par une embolie cérébrale. Il venait trois jours auparavant, de subir avec succès une opération de la cataracte à Neuilly-sur-Seine qui devait lui permettre d’apprécier à nouveau les détails qui font la différence entre le […]

Read more
Conservation, restauration et modifications abusives du mobilier

La restauration du mobilier, telle qu’on la conçoit aujourd’hui, est différente de celle pratiquée au siècle précédent et plus encore aux siècles antérieurs. À travers un bref historique, l’auteur retrace l’évolution des mentalités, ses causes et conséquences. La revue Experts n° 56 – 09/2002 © Revue Experts   La notion de restauration des objets d’art a considérablement évolué au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Dans le domaine du mobilier que nous allons aborder, les règles actuelles vont aider l’expert et le magistrat pour le dénouement de certains conflits. […]

Read more
La cote d’un meuble estampillé

À travers trois exemples précis, l’auteur retrace l’historique des estampilles, sans oublier les contrefaçons et leur détection. Nous découvrirons aussi les fausses estampilles Jasmin, une commode de Bernard van Risen Burgh partie malencontreusement aux États-unis et une autre de Riesener ayant pu revenir de Londres à Versailles. La revue Experts n° 55 – 06/2002 ©  Revue Experts   Le nouveau statut de 1743 de la Communauté des menuisiers ébénistes, enregistré en 1751 seulement, ordonne dans son article 36 que «chaque Maître sera obligé d’avoir sa marque particulière et la Communauté la sienne, (…) […]

Read more
L’inscription sur la liste des experts judiciaires en objets d’art près les Cours d’appel

L’expertise des objets d’art évolue grâce aux apports scientifiques. Conscients de ces nouvelles techniques expertales, les magistrats agréent de plus en plus de restaurateurs, d’historiens et de scientifiques. Monsieur le Président PÜTZ, en charge du service des expertises à la Cour d’Appel de Paris, nous informe sur les nouveaux critères de sélection. La Revue Experts n° 46 – 03/2000 © Revue Experts   L’expertise des objets d’art est une activité très variée de part sa multitude de spécialités, chacune d’entre elles faisant appel à des connaissances techniques, historiques et stylistiques […]

Read more