Loading...

L’art, les médias et l’expertise

Ce titre simple en apparence aborde une multitude de sujets. Quel art allons-nous aborder ? L’art matériel comme l’architecture, le dessin, la peinture, la sculpture ou bien la musique, la poésie, …?

De même pour les médias : traditionnels comme la presse écrite, déjà ancrés dans nos habitudes comme les journaux télévisés et les informations des chaines radiophoniques ou plus récents comme la presse numérique et autres ressources Internet ?

L’expertise reste le mot le plus facile à cerner. Sans revenir sur les définitions souvent développées par la Revue Experts, le CNCEJ et les dictionnaires, c’est l’action d’étudier l’objet d’un contentieux afin d’apporter la vérité du moment, car là encore dans le domaine artistique, entre la vérité historique, judiciaire et réelle, des différences existent parfois. Nous allons donc centrer notre sujet sur l’expertise des “Beaux-Arts” : dessin, peinture, sculpture et de ses annexes, ici le mobilier d’exception.

Si la notion de qualité extrême, tant dans la création que dans le raffinement d’exécution primait jusqu’au début du 20e siècle, la recherche du seul rapport création/émotion, évinça la qualité d’exécution chez de nombreux artistes contemporains ce qui ne facilite pas aujourd’hui le travail de l’expert (ni des restaurateurs).

Dès le 19e siècle, les médias, constitués alors de la seule presse écrite (journaux, placards, canards, …), commentaient les œuvres exposées dans les salons annuels. Les œuvres décriées comme le Radeau de la Méduse de Théodore Géricault, ou les attaques virulentes contre les sculptures audacieuses d’Auguste Rodin, trouvaient aussitôt leurs défenseurs. De fausses rumeurs ou des critiques venaient alimenter les gazettes, soutenues par des dessinateurs aux traits féroces.

En informant ses lecteurs, la presse artistique faisait et défaisait la réputation des artistes, jugeant leurs qualités, leurs audaces ou mièvreries pompeuses. Certains duels épistolaires entre critiques d’art furent célèbres, chaque partisan étant persuadé de détenir les clés de la beauté artistique : ce qui se résumerait à la « bataille des anciens et des modernes ».

Le bouleversement créé par les impressionnistes entrouvrit la porte de la modernité aux mouvements pointillistes, futuristes, suprématistes, cubistes, dadaïstes, surréalistes et autres… Puis ce fut la course à l’inédit, chacun cherchant son chemin pour apporter une pierre nouvelle à l’évolution artistique.

Entre temps, les médias, constitués encore essentiellement par la presse écrite jusque dans les années 1960, s’étaient enrichis d’un apport visuel considérable : la photographie.

A partir des années 1970, la télévision offrit aux marchands et critique d’art un appui marketing nouveau par le biais d’émissions, de débats, de présentation d’évènements ou de publications. Un artiste peu connu du grand public ou incompris, pouvait alors (s’il était apprécié des professionnels) être présenté comme le nouveau génie et, ainsi, imposé à la scène culturelle.

Les conservateurs esthètes addicts d’une qualité d’exécution et experts du bon goût se bâtèrent contre l’apparente désinvolture et les excentricités des contemporains … en vain. Les assauts sans cesse soutenus par les médias des “marchands d’art et faiseurs d’or”[1] sapèrent les plus solides bastions. Aujourd’hui, la réalité de la cote des artistes contemporains dépend beaucoup des médias et des budgets de promotions très importants à l’instar des sociétés de l’industrie du luxe. La presse artistique professionnelle existe en partie grâce aux recettes publicitaires versées par les galeristes ou les musées. De ce fait et dans une certaine proportion, elle est assujettie au goût de ces marchands ou mécènes et n’est donc pas totalement indépendante.

Certes, il existe toujours quelques électrons libres à la plume bien trempée, pour nous alerter sur les déviations du monde de l’art. Ils se comportent comme des lanceurs d’alerte sur des inepties contemporaines ou envers les contrefacteurs. En France, B. de Rochebouet dans les colonnes du Figaro, François Duret-Robert qui tient une chronique dans L’Objet d’Art / L’estampille ou encore Vincent Noce, ex de Libération, qui pimente de sa verve La Gazette de l’Hôtel Drouot, pour ne citer qu’eux, sans oublier leurs confrères, tiennent depuis plusieurs décennies le haut du pavé. Ils connaissent quasiment tous les experts d’art et tous les connaissent. Les marchands leur font la cour ou les évitent redoutant leurs propos acérés.

Le journaliste recherche des informations à transmettre à ses lecteurs, la tentation de céder aux rumeurs est grande, mais le journaliste peut aussi se faire manipuler. Récemment, une fausse affaire de faux fit couler encre et calomnie.

Une expertise requise à titre personnel (donc non judiciaire ni contradictoire) par le propriétaire d’un cartel Boulle, concluait qu’une partie de l’objet n’était pas d’origine. Déçu de son acquisition, ce propriétaire demanda à être remboursé de son achat contre sa restitution. Le marchand fort de la qualité de l’objet vendu d’une part, mais surtout pour satisfaire son client le lui remboursa ; gage d’une volonté d’apaisement et de la qualité de son établissement, plus que centenaire. Malgré la restitution du cartel et le remboursement du prix de cession, l’ancien acquéreur persuadé d’être la cible d’une vaste machination se présenta comme victime devant les médias. Parmi ceux-ci il n’eut pas de difficulté à trouver un interlocuteur à l’affut d’un nouveau scandale et fit publier l’information dans un magazine de portée nationale : Paris Match qui ne se priva pas de citer les noms des vendeurs.

Ébranlés d’être ainsi jetés en pâture et étonnés que l’accord transactionnel et confidentiel soit dévoilé, les vendeurs commandèrent à leur tour une expertise de l’objet discrédité. Cette expertise approfondie -incluant le démontage complet du cartel et de sa console ainsi que l’analyse élémentaire de tous les bronzes- conclut au contraire à l’authenticité de l’objet à l’exception d’une restauration d’usage et du seul remplacement de deux bronzes.

Dans cet exemple le journaliste s’est laissé influencer par un rapport erroné et a transmis une fausse information à son insu au bénéfice d’une partie. Aujourd’hui, l’expert qui conclut à l’authenticité du cartel, ne peut pas divulguer de sa propre autorité, son rapport à son confrère ni en alerter le journaliste trompé, n’étant pas le propriétaire du cartel. A l’inverse, dans le cas de contrefaçon avérée, son devoir d’information l’emporterait.

L’expert des œuvres d’art est malheureusement confronté au problème de faux. Les contrefaçons existent depuis l’antiquité et existeront toujours à côté des productions authentiques. Tout ce qui a été créé par l’homme peut être reproduit (de façon plus ou moins identique). C’est dans ce contexte que le rôle de l’expert prend toute son ampleur et doit mettre à profit ses connaissances techniques, historiques et scientifiques. C’est donc auprès de ce spécialiste que le journaliste, en quête des renseignements techniques précis, tente de s’adresser directement. Cependant, l’expert d’art est tenu au secret professionnel.

L’expert ne peut pas dévoiler la teneur de ses expertises privées sans l’autorisation de son client, sauf à de très rares exceptions. Lorsqu’il travaille à la requête d’un juge ou d’un procureur, il est tenu au strict secret de l’instruction qui ne tolère aucun débordement[2], et ne doit en aucun cas communiquer auprès des journalistes sauf dérogation écrite du magistrat.

L’article 11 du Code de Procédure Pénale[3] autorise le Procureur à communiquer des informations aux médias lorsqu’elles sont utiles au déroulement des instructions. Cette disposition est très peu utilisée dans le domaine des procédures concernant l’art.

Le secret de l’instruction et le secret professionnel obligent donc l’expert à se taire sur les affaires en cours, ce qui est très dommageable, s’agissant de contrefaçons circulant sur le marché, pour les amateurs d’art. En effet, il n’est pas rare dans des dossiers importants que les instructions durent une dizaine d’années, ce qui repousse le premier

Une fois le jugement prononcé, s’il n’est pas suivi d’un appel, l’expert de justice pourra communiquer aux médias les détails techniques. D’ici là, seuls ceux prononcés pendant les audiences publiques devraient être la proie des journalistes présents, surtout si ces propos ont relancé le débat ou surpris le public. Pour exemple, lors d’une audience, la présidente questionne l’expert de justice qui a analysé les 130 tableaux saisis chez un faussaire : “Que pensez-vous Monsieur l’expert de la qualité des tableaux contrefaits ? », réponse de l’expert : “Je pense Madame la Présidente, que si Picasso était vivant, il pourrait l’embaucher…”. Cet échange teinté d’humour et révélateur, fut le plus relayé par les médias. Le faussaire repris lui-même la réplique, dans le film autobiographique où il joue son propre rôle ; un faussaire talentueux, mais pas « indépistable »… Les médias élèvent parfois…

Les émissions télévisées sont plus redoutables pour l’expert. Les questions pièges fusent et le jeu du journaliste est de finir par obtenir la réponse qu’il souhaite faire prononcer à son interlocuteur. Le journaliste à la recherche d’informations percutantes, essaie de les soustraire à l’expert. Le montage qui s’ensuit peut aussi complètement transformer le sens des paroles de l’expert. Ces émissions ne sont l’apanage que des plus aguerris.

Le problème de l’expert est d’apprécier constamment dans ces émissions, à partir de quel moment son devoir de “communication” l’emporte sur son devoir de respect du secret professionnel.

Dans le cas d’importants dossiers d’instruction sur des contrefaçons artistiques, où sont parfois versées des centaines d’œuvres, il est rare que les saisies représentent toute la production du faussaire. Les faux qui ont alertés les initiés et autorités compétentes sont appréhendés, mais de nombreux autres circulent encore. D’ailleurs, bien souvent, les faussaires se targuent d’en augmenter le nombre et la valeur, en assurant qu’elles figurent dans les plus grandes salles des ventes et sont accrochées sur les cimaises des musées. Bien évidemment, il laisse le soin aux lecteurs incrédules de découvrir l’œuvre et le musée. Conscience professionnelle oblige, un faussaire ne dénonce pas ses sources, ni ses bienfaiteurs ! Mais qu’en est-il, en réalité, de la comédie, de l’esbroufe et du mensonge relayés par les médias ? Qu’en est-il de la réalité, quand le plus important pour certains est le nombre de clics et de vues ?

Quand l’instruction s’arrête, car le juge estime qu’il possède suffisamment de preuves pour que l’escroquerie puisse être jugée, des faux circulent encore. Ceci est un paradoxe pour la vérité historique qui requiert que le maximum de la production du faussaire soit connu. Mais la quantité des œuvres saisies se limite souvent à des soucis de frais de justice et de temps.

La frustration de l’expert judiciaire, c’est de ne pas pouvoir divulguer les listes de ces œuvres quand il en a eu connaissance et de ne pas pouvoir arrêter celles qu’il voit passer en vente. Son devoir d’information auprès des médias est donc un exercice périlleux, d’autant qu’il est toujours très difficile de contrôler la façon dont sera diffusée sa parole.

La révélation par les médias de récentes affaires de faux -tels la paire de sièges vendue au Château de Versailles par l’entremise de l’expert Bill Pallot, les meubles du XIXème siècle transformés en mobilier XVIIIème dans l’affaire de l’antiquaire Lupu du Faubourg St Honoré, et d’autres encore bénéficiant du doute (car non expertisées de façon contradictoire)- jettent un discrédit sur le marché de l’art.

Ce phénomène accable toutes les professions concernées : experts, commissaires-priseurs, antiquaires, conservateurs et commissions d’acquisition des musées. Les amateurs d’art du XVIIIème siècle, consternés par les révélations, se méfient et bloquent leurs achats. La cote de ce marché s’effondre, les propriétaires honnêtes en pâtissent. Il faudra attendre plusieurs années après que les jugements soient tombés pour que la confiance renaisse.

Le propos est vaste, il y un va et vient permanent entre la nécessité d’informer et le risque de débordement.

Le souci de l’informateur devrait être de s’assurer de la justesse de ses propos, en se tenant à l’écart de « l’effet médiatique »

 

A ce préambule sur l’art, les experts et les médias, on pourrait ajouter des questions ou notions à développer lors du symposium :

 

Pourquoi l’expert en objets d’art est contacté par un journaliste ?

1/ Un journaliste ou un magazine lance un thème. L’expert est sollicité pour faire partager son expérience aux lecteurs, expliquer les compétences requises pour pratiquer son métier, documenter le journaliste sur les méthodes techniques expertales…

2/ Une actualité est révélée :  un vol, une agression/nuisance, une saisie, une découverte… l’expert est contacté à l’impromptu, prié de communiquer rapidement sur un sujet dont il ne maîtrise pas tous les éléments. Le risque pour l’expert est de se compromettre pour un jugement trop hâtif (ex. dessin de Van Gogh).

Dans ce cas le journaliste laisse-t-il l’expert s’exprimer librement ou oriente-il sa réponse pour abonder dans le sens de ce qu’il souhaite publier. A l’inverse comment vérifie-t-il l’information transmise ?

Le journaliste joue-t-il de la rivalité entre experts pour tenter de recueillir le maximum d’informations ?

Son propos a-t-il la même portée sans la parole de l’expert ?

Celle-ci est-elle devenue incontournable, comme dans d’autres domaines ?

 

Pourquoi l’expert peut avoir intérêt à y répondre ?

La publication d’informations profite aussi à l’expert. La mention régulière de son nom (ou cabinet) lui fait de la publicité. La participation aux émissions thématiques accroit sa notoriété (popularité) / valorise ses travaux. De même que le journaliste s’appuie sur l’aura de l’expert, celui-ci a intérêt à répondre à un journaliste de renom / sérieux.

 

Les protagonistes se connaissent, « s’exploitent » / « se servent », l’un l’autre, ceci ne finit-il pas par poser le problème d’indépendance ?

Médias :

Les médias ont le pouvoir de diffusion et celui qui accède aux médias, le journaliste, a également un pouvoir considérable : c’est lui qui approche le public et lui offre une information. Pour certains, jusqu’à être démentie ou vérifiée, sa parole fait foi.

Le journaliste consulte l’expert par « facilité », il n’approfondit pas lui-même le sujet. L’actualité nécessite la rapidité dans la transmission d’informations. L’expert est entendu pour donner son avis dans le contexte donné (par l’article ou le thème de l’émission) qui sous-entend ce que le journaliste attend de l’expert et cherche à valoriser à travers sa parole.

Ou bien, le journaliste a travaillé un thème et va chercher le renfort de l’expert pour valider ou préciser son propos. Le témoignage individuel de l’homme d’expérience, contribue à la perception du message délivré. Celui-ci parait authentique, bienfondé.

Expert :

L’expert en art est un spécialiste. Il a la connaissance et l’expérience. Sa parole est fondée. En l’absence de contradiction, c’est lui qui établit une vérité.

Toutefois, s’il souhaite révéler une information, une découverte, etc., il est rapidement confronté à la nécessité de recourir aux médias pour élargir au maximum son audience.

La contrainte pour lui est alors de s’adapter au médium utilisé. Le cadre imposé par l’interview ou de l’article, par exemple, biaise la liberté d’expression.

Il doit opter pour un certain mode d’expression (concis, clair), d’autant que bien souvent il ne maîtrise pas les coupes.

 

Dans tous les cas, journaliste et expert ont intérêt à se garantir mutuellement leur fiabilité.

 

[1] Titre d’un ouvrage publié par le journaliste François Duret-Robert, en 1991 (éd. Belfond) traitant de l’influence des acteurs du marché de l’art sur la valeur des œuvres.

[2] Art. 226-13 du Code Pénal : « la révélation d’une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession, soit en raison d’une fonction ou d’une mission temporaire, est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende ».

[3] Sauf dans le cas où la loi en dispose autrement et sans préjudice des droits de la défense, la procédure au cours de l’enquête et de l’instruction est secrète.

Toute personne qui concourt à cette procédure est tenue au secret professionnel dans les conditions et sous les peines des articles 226-13 et 226-14 du code pénal.

Toutefois, afin d’éviter la propagation d’informations parcellaires ou inexactes ou pour mettre fin à un trouble à l’ordre public, le procureur de la République peut, d’office et à la demande de la juridiction d’instruction ou des parties, rendre publics des éléments objectifs tirés de la procédure ne comportant aucune appréciation sur le bien-fondé des charges retenues contre les personnes mises en cause.

jugement à une douzaine d’années, voire plus. Pendant ce temps, les œuvres non saisies circulent, peuvent changer de mains plusieurs fois et berner les acheteurs non avertis de l’ampleur de la fraude.

 

Article publié dans la Revue Experts n°134 – Octobre 2017

Introduction au Symposium :

Les acteurs de l’expertise et les médias.

Le 8 Novembre 2017 à la Maison du Barreau, 2 rue de Harlay à Paris.

 


%d blogueurs aiment cette page :