Loading...

La restauration des boiseries de la “Salle Blanche”

L’auteur expose les différentes étapes de la récente restauration de ces boiseries classées ; dépose, tests de recherche des couleurs polychromes d’origine, réparation des boiseries…

 La revue Experts n° 26 – 03/1995 © Revue Experts

Revue-Experts-n°25-Décembre-1994-Palis-de-Justice-de-Douai

La restauration des boiseries de la “Salle Blanche” du Palais de Justice de Douai fut réalisée sur plusieurs années sous le contrôle de l’Inspection des Monuments Historiques.

Une partie du bâtiment s’étant enfoncée, le plancher et le plafond n’étaient plus de niveau et la boiserie, sous les énormes pressions, était par endroits disloquée et hors d’équerre.

Le premier travail du restaurateur consista à déposer les boiseries. De grandes lézardes apparaissent dans les murs, nécessitant la restauration du gros oeuvre. Les maçonneries étaient aussi encrassées par les courants d’air du chauffage, les linteaux des fenêtres vétustes. Afin d’éviter que les enduits et les briques ne continuent de se décoller et ne s’accumulent sous forme de gravats derrière les boiseries remises en place, l’architecte profita de la dépose des lambris pour reprendre les joints et les enduits défectueux.

Après avoir fait les tests pour retrouver les couleurs de la polychromie d’origine, de deux tons de bleu, un bleu roi et un bleu plus soutenu, il fut décidé de décaper l’ensemble pour supprimer tous les empâtements dus aux couches de peinture successives.

La "Salle Blanche" située au premier étage non loin de la "Grande Chambre", après restauration. Peinture réalisée sous le contrôle des services techniques du Palais de Justice de Douai.
La “Salle Blanche” située au premier étage non loin de la “Grande Chambre”, après restauration. Peinture réalisée sous le contrôle des services techniques du Palais de Justice de Douai.

Les bois remis à nu, les menuisiers restaurèrent les assemblages défectueux, les fentes des panneaux et les éclats. Des pièces en chêne, respectant le sens du fil du bois, furent placées aux endroits nécessaires, soit pour recréer une moulure, soit pour restituer un élément sculpté disparu.

Les lambris entre les deux fenêtres du milieu étaient en plâtre, il fut décidé de les restituer en chêne sculpté au modèle, entièrement à la main.

détail lambris Salle blanche du Palais de Justice de Douai

A l’origine, les boiseries étaient disposées face à face dans une pièce faisant la moitié de la longueur de la salle actuelle.

Aux XIXe siècle, tous les panneaux en bois sculpté furent placés entre les fenêtres dans la salle agrandie. Le mur faisant face aux fenêtres fut décoré de panneaux moulés en plâtre sur les originaux.

détail de la porte Salle blanche du Palais de Justice de Douai

Le pendant du mur de séparation entre la salle des délibérations et la “Salle Blanche” fut également réalisé en plâtre orné de moulages.

La restauration des lambris se fit donc sur deux murs ornés de superbes boiseries en chêne et sur deux autres moulés en plâtre sans qu’à la fin le visiteur puisse s’apercevoir de la différence.

L’estrade supprimée, avec ses conduits de chauffage à air chaud incorporés pour le confort des magistrats, le parquet à la Versailles a retrouvé son niveau d’origine ainsi que la cheminée.

Il ne reste plus actuellement à restaurer que la “Salle des Délibérations” , dont les boiseries ont été déposées pour éviter tout risque d’accident, contiguë à l’ancienne “Salle Blanche” débaptisée aujourd’hui.

Les bâtiments anciens du Palais de Justice de Douai abritent cinq salles classées par les Monuments Historiques, qui méritent bien un petit détour.

Grande chambre Palais de Justice du Parlement des Flandres de Douai

 

© Revue Experts

 


%d blogueurs aiment cette page :